Archives – Discours de Jean-Jacques Percheminier – Inauguration de l’Espace sportif Guy Roux (22 mai 2011)

Archives » Discours de Jean-Jacques Percheminier – Inauguration de l’Espace sportif Guy Roux (22 mai 2011)

Discours de Jean-Jacques Percheminier
lors de l’inauguration de l’Espace sportif Guy Roux, le dimanche 22 mai 2011

Madame la Députée,
Cher Guy Roux,
Mesdames et Messieurs les représentants du monde sportif,
Mesdames et Messieurs les élus,

C’est une grande joie de vous accueillir ici même, maintenant et je vous remercie de votre présence nombreuse. Henri de Raincourt, ministre chargé de la Coopération et André Villiers, Président du conseil général de l’Yonne, retenus par d’autres obligations, m’ont chargé de vous transmettre leurs regrets de ne pouvoir se joindre à nous.
Nous avons, Mesdames et Messieurs, beaucoup de chance. Nous voici, sous un soleil resplendissant, dans un cadre magnifique qui contribue à la bonne réputation, à l’attractivité même de notre village de Courlon. Madame la Députée y est d’ailleurs si sensible qu’elle répond toujours à nos invitations et participe régulièrement aux initiatives que nous conduisons.
C’est en revanche la première fois que nous vous accueillons, cher Guy Roux, et je veux m’arrêter un instant sur le caractère exceptionnel de cette réception.
Voilà en effet plus d’un an que nous avons réfléchi à l’idée de nommer ce bel espace sportif : cela figure dans le compte rendu de conseil municipal du 5 mai 2010. Et le même conseil municipal prenait les dispositions pour fixer la date et organiser la présente initiative, puisque vous aviez préalablement et spontanément donné votre accord.

Cher Guy Roux,
Je ne m’improviserai pas biographe. Permettez-moi de rappeler toutefois que c’est en 1952 (c’est-à-dire, hier…) que vous avez signé votre première licence à l’AJA. Auparavant vous aviez tenté, dit-on, votre chance dans le cyclisme, en participant à des courses organisées pour des non licenciés, à Appoigny, mais des mauvaises langues racontent que vous arriviez une demi-heure après les autres… ½ heure peut-être – et c’est sans doute exagéré – mais vous arriviez quand même ! Preuve de la fermeté de votre courage. Par ailleurs, ces déconvenues ne vous ont pas fâché avec le vélo puisque, pour assister à votre premier match international « France Yougoslavie » en 1955, vous avez fait le trajet jusqu’à Colombes en bicyclette !
Puis les étapes se sont enchaînées, les événements se sont accumulés ; l’AJA, sous votre impulsion notamment prit l’envergure qui lui est désormais acquise.
Quel parcours en effet que celui de l’AJA : CFA en 1970, Division 2 en 1974, première division en 1980, Coupe d’Europe en 1984. Et quel palmarès ! Champion de France de division 2 en 1980, Coupe de France en 1994 et doublé Coupe de France/Championnat de Division 1 en 1996. On pourrait évoquer aussi les noms des joueurs qui, à foison, ont forgé leurs compétences sous votre houlette. Vous êtes, chacun le confirme, un éveilleur de talents, alliant rigueur, chaleur humaine et bienveillance.
Nous touchons là à l’essence même du sport. Nul besoin, je crois, de souligner le rôle particulier qu’il joue dans la formation des individus. Pratique hygiénique, récréative ou compétitive, il est un des vecteurs fondamentaux qui révèle la personnalité. Ainsi s’éprouvent l’accomplissement et le dépassement de soi. C’est dire l’apport irremplaçable de celles et ceux qui, aux côtés des jeunes, encadrent, conseillent, stimulent, favorisent l’éclosion.
Et au fond, mesure-t-on bien sur l’instant l’impact de ces rencontres, fortuites mais décisives, avec les individus aptes à déclencher en vous des passions inaltérables ?
Votre instituteur, M. Teinturier, n’était-il pas de ceux-là, passeur de rêves et de flamme ?
Vous devenez, aujourd’hui, le parrain de cet espace sportif. Certes ce n’est pas San Siro, Wembley ou le Stade de France. Mais un espace équipé, dédié à la pratique sportive : football, basket, tennis de table, skate park… nous recevions voici deux semaines le championnat départemental de la pétanque, catégorie vétérans. Vous êtes ici chez vous. C’est si vrai que nous nous trouvons sur des parcelles cadastrées section VA, lieu dit « Les Fontaines ». Et en matière de football, lorsqu’on dit « Fontaine », on pense automatiquement à Just Fontaine (l’époque des Piantoni, Kopa…) que vous avez côtoyé, me semble-t-il, lors d’un stage d’entraîneur en 1963.

Voilà, chers amis, les propos que je souhaitais tenir en la circonstance.
Un dernier dribble cependant pour remercier tous les artisans de cette initiative, adjointes, adjoints, conseillères et conseillers municipaux membres de la commission sports pilotée par Armand, personnels techniques et administratifs, bénévoles, associations et habitants.
A toutes et à tous, un grand merci.